fbpx

LE SECRET DES RIVES DU TER À BESCANÓ

Plana de Vilanna (Vivers del Ter) – Reclosa d’en Joga

La commune de Bescanó occupe une superficie d’environ 36 km2 sur les contreforts orientaux du massif des Guilleries, où se trouvent les localités de Bescanó, Estanyol, Montfullà et Vilanna, ainsi que l’agglomération de Pla de Trullars et le lotissement Mas Llunès. Du fait du relief caractéristique et de la vaste couverture boisée, les agglomérations urbaines se concentrent dans les zones aux pentes les moins accusées, à proximité du Ter ou dans la dépression de la Selva. Située à l’ouest de la plaine de Salt, la commune de Bescanó exploite les eaux du Ter depuis des siècles. Preuve en est le canal Monar, apparemment creusé à la demande des comtes de Gérone, qui, dès le XIe siècle, arrosait déjà les terres de la commune. Elle met également à profit les eaux du canal d’irrigation de Bescanó, connu sous le nom de rec Gros, dérivées du Ter par la rive droite, en aval de la colonie de Bonmatí, et qui arrose la partie septentrionale de la commune. Autrefois, un bac permettait de traverser la rivière afin de relier Bescanó et Sant Gregori. Le dernier passeur, Varisto, conduisit le bac jusqu’en 1974. Il en subsiste la maison hôtel du passeur, près de l’embarcadère.

 

Sites d’intérêt de la commune, non inclus dans le Secret

  • Église Sant Llorenç. D’époque romane, elle a subi de nombreuses transformations. Devenue trop exiguë, une nouvelle église la remplace en 1963. Consacrée à l’Assomption, elle est l’œuvre de l’architecte Ros Casadevall.
  • Puig de la Torre ou Can cendra. On y a mis au jour les vestiges d’un village ibérique (IV-IIIe av. J.-C.), ainsi que des poteries, des pièces de monnaie, des objets en fer et des bijoux de style hellénistique.
  • Vilanna. Petite agglomération située à l’ouest de Bescanó, intéressante en raison de la petite église Sant Mateu. D’origine romane, elle a été rebâtie en 1678. La beauté des lieux tient à l’équilibre avec l’environnement : une petite église au clocher altier, coiffé d’une pyramide et entouré d’accueillants cyprès.
  • La commune compte plusieurs chapelles, notamment celles de Santa Anna, Santa Margarida, Sant Sebastià, et Sant Bartomeu (romane), près du mas Can Pol de Baix.

Kilomètres 3,9 km (tramway existant) - en construction

Difficulté Minimum

Pavement Itinéraire nature

Transport peu o bicicleta

Tipus de secret camins-fluvials

À Bescanó, les rives du Ter permettent de découvrir la rivière comme un cours d’eau qui fut exploiter depuis fort longtemps pour irriguer ou faire tourner les moulins, produire de l’énergie pour trois centrales hydroélectriques et motoriser l’ancienne filature Grober. Suivant l’itinéraire, on découvre également les paysages fluviaux avec leur faune et leur flore caractéristiques. Au début de la route, on peut observer les champs cultivés de la partie nord de la commune, mais c’est la végétation de rive qui prédomine ensuite le long de l’itinéraire. L’ombrage y est fourni par des arbres comme les aulnes, les saules ou les platanes. En ce qui concerne la faune, on y trouve les espèces directement ou indirectement liées à l’eau, qui se nourrissent ou nichent dans les habitats riverains. On peut y observer des oiseaux comme le martin-pêcheur, le grand cormoran, le héron bihoreau, le canard colvert et le héron cendré, mais aussi des salamandres, grenouilles, loutres, tortues ou différents poissons comme le barbeau et la truite.

 

1. Écluse de Joga

Les dimensions de l’écluse de Joga, construction en béton et en forme de demi-lune, sont considérables. Elle n’est toutefois pas très haute, aussi n’est-il pas rare que l’eau déborde. Le canal de la Grober part vers la gauche. Les eaux tranquilles avant l’écluse, la végétation aquatique et les différents habitats qui y coexistent font du site un endroit idéal pour la nidification de différentes espèces d’oiseaux des marais comme les canards, les cormorans, les bergeronnettes, les martins-pêcheurs ou les ardéidés ; on peut aussi y voir des tortues d’eau paresser au soleil. Lieu de baignade en d’autres temps, l’endroit a également été utilisé comme gué pour traverser à pied.

 

2. Déversoir et maison d’écluse du canal de la Grober

Il s’agit d’un canal d’environ 1 200 mètres de long, aux parois de galets et, en partie, de béton, qui traverse la plaine de Bescanó, à l’ouest de l’agglomération, entre l’écluse de Joga et la centrale de la Grober. Il reçoit également les eaux du canal d’écoulement de la centrale Berenguer et comporte des dérivations pour l’irrigation. Il passe par le moulin de Benages, avant d’arriver à la centrale. D’origine plus ancienne, il doit son aspect actuel à la construction réalisée suite à la mise en service de la fabrique Grober, en 1893. Le long de l’itinéraire, on traverse le déversoir, qui, en périodes de hautes eaux, est généralement inondé et impraticable, raison pour laquelle il y a lieu d’être prudent à cet endroit de l’itinéraire.

 

3. Gué des charrettes

Le Ter a toujours représenté un obstacle pour les habitants des deux rives ; comme les moulins n’étaient pas nombreux, il fallait trouver des endroits pour traverser la rivière. Le « pas dels carros » ou gué des charrettes était l’un de ces passages faciles d’accès, entre les communes de Sant Gregori et de Bescanó, grâce auxquels on pouvait rejoindre le moulin pour y faire moudre le grain.

 

4. Le moulin

Le moulin à farine de Benages s’est transmis depuis le moyen-âge jusqu’aux comtes de Berenguer par le jeu des alliances matrimoniales. Sa rénovation et son agrandissement sont documentés en 1761. Le projet comprend les plans de l’édifice et un croquis du canal qui l’alimente, le canal Monar, et des agglomérations de Bescanó et de Salt. Le moulin actuel ainsi que ses droits d’eau ont été acquis en 1890 par la filature Grober, qui a construit non loin sa fabrique.

 

5. Palais Berenguer

Le palais des comtes de Berenguer est une demeure seigneuriale composée de plusieurs corps de bâtiment attenants. Actuellement, il bénéficie d’une protection en tant que bien culturel d’intérêt local. L’origine de cette maison remonte à 1603. Au XVIIIe siècle, le mas est le centre administratif des propriétés féodales héritées par les Benages. Rénové au siècle suivant, le bâtiment est désormais connu sous le nom de cal Conde. La chapelle-mausolée attenante à la maison est un bâtiment de plan circulaire avec une abside et deux chapelles latérales. Elle avait été bâtie à la demande expresse de la comtesse pour accueillir la dépouille du comte, décédé en 1879.

 

6. La Grober

En 1893, l’entreprise Grober i Cia, société en commandite, achète le moulin de Benages (XVIe), qui détenait un droit sur les eaux du Ter, et y installe une centrale hydroélectrique pour alimenter en électricité la filature Grober, SA de Gérone. Près de cette centrale, elle construit l’usine textile de Bescanó, succursale de celle de Gérone, pour y filer la laine et peigner le coton. Parmi les structures de l’ancienne filature, citons la cheminée en briques. Les autres bâtiments, aujourd’hui auxiliaires de l’usine pour la plupart, étaient destinés aux services à l’intention des employés : logements de techniciens et cadres, garderie et locaux du cinéma Unió, mais le système de production de l’entreprise n’arriva jamais à fonctionner comme une colonie.

 

7. Le bac de Bescanó

Le bac de Bescanó permettait de traverser la rivière et de communiquer les localités de Bescanó et de Sant Gregori. Le premier document relatif aux bacs de Bescanó, utilisés au moulin et à l’écluse, date de 1741. Attaché à une corde, il pouvait transporter une charrette et servait également de plateforme flottante pour charger de la pierre destinée à l’écluse du moulin. Au XXe siècle, Evarist Anton, dit Varisto, le dernier passeur, fait construire La Barca, une maison hôtel. La grande crue de 1940 –l’eau monte jusqu’à la cote 105– emporte le bac et la maison. En 1974, le bac de Bescanó cesse de fonctionner.

 

8. Les rives du Ter (lien avec la future passerelle) et un site offrant une belle vue sur la rivière et ses habitats de rive

À son passage dans l’agglomération de Bescanó, le Ter est large et seigneurial, entouré de végétation de rive : saules, aulnes et quelques plantations d’arbres propres à ce type de forêt. C’est là, dans la plaine, que le Ter s’étend à la manière d’un ruban, avec çà et là un ruisseau ou un bras mort qui contribue notablement au maintien de la biodiversité, avec des coins d’eaux calmes, refuge de nombreuses espèces de faune fluviale. C’est également là que l’on prévoit de construire la passerelle qui permettra de relier le village voisin de Sant Gregori et la vallée de Llémena.

 

9. Centrale Berenguer

La centrale hydroélectrique, de style Art nouveau, a été construite par l’architecte Joan Roca i Pinet en 1916, à la demande du comte de Berenguer, le but étant d’étayer la production électrique de la ligne de haute tension qui reliait alors la centrale de Vilanna et Palamós. Elle alimentait également les localités qui se trouvaient sur ce tracé de 50 km. Les figures monstrueuses qui ornent le canal du déversoir sont issues de l’imagination d’un maçon du chantier. L’une d’elles, un dragon de style Art nouveau, est aujourd’hui l’image touristique de la commune.

bescanó map

Accéder aux instamaps secrets

Accéder à la carte

Actualités

Services touristiques